Turquie

Le 31 juillet 2012

Le salaire de la peur
Il est 11h, nous quittons la ville balnéaire de Side et ses 42 degrés, direction la Capadoce. Nous roulons donc vers le nord, et devant nous se dessine la montagne. Il est midi au soleil quand nous nous attaquons à la première côte, Mamie peine et les sièges en Skye nous collent à la peau. Puis une deuxième, troisième... Plus la descente est belle et bénéfique pour la voiture, plus la côte suivante parait infranchissable et longue. Sur le bas côté, des camions sont abandonnés, les roues plantées dans le goudron liquide. Il est 15h, nous ne comptons plus les arrêts pour surchauffe et les bidons d'eau que nous déversons sur le radiateur. Nous ne faisons plus qu'un avec nos sièges. Dans les montées les plus rudes, la 4L ne dépasse pas le 20 km/h, la route n'est plus que flaque. Nous mettrons 8h pour faire 150 km. Enfin la ville de Beysehir, notre oasis. Nous passerons la nuit au bord d'un lac, frais...

Drôles de nuits
Après quelques jours très agréables passés en Capadoce, avec la Famille Voyageuse Strasbourgeoise, les Baroudeurs Transporteurs de Tapis Parisiens, et moultes autres rencontres, nous quittons les sentiers touristiques turcs. Direction:" La Mer Nouoire"!! Il est tard, et les routes sont dangereuses la nuit (animaux et trous dans la route). Dans un village ou il y a plus de chiens errants que d'âmes qui y vivent, nous demandons l'hospitalité dans une ferme. On prend le thé,on mime nos vies, on reprend le thé, on dort, encore un thé puis on visite l'exploitation: Première nuit Pendant une énième surchauffe, un homme s'arrête à notre hauteur, nous propose de manger avec lui (jusqu'ici tout va bien!), nous offre l'hôtel (là on se pose des questions!), puis nous offre des cadeaux (C'est bizarre!). On passera donc une nuit très confortable, mais à se demander pourquoi il est si gentil: Deuxième nuit. La frontière Géorgienne est proche, notre carte bancaire dit non à nos demandes de retrait. Nous devons bivouaquer à moindre frais dans cette ville inhospitalière. Sous un échangeur d'autoroute, un panneau camping à terre. Pourquoi pas?! Le "gérant" du lieu ne veut pas d'argent (ça tombe bien!). Une petit douche s'impose à nous, mais la seule option est la rivière sous l'autoroute, l'eau est fraîche et plus ou moins propre. S'en suit une soirée bières-jeu de cartes et discussion sur la situation politique de la Turquie et de l'Arménie: Troisième nuit. Après ses trois dernières nuits turques: dur pour nous de quitter ce pays si accueillant...

  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
























































































Le 17 juillet 2012

A table...
Pas un repas sans que l'on nous apporte de la pastèque, des prunes, du melon, un thé, un plat à notre table. Il y a même une famille turque qui nous a apporté tout un repas pendant que Laura, s'affairait aux fourneaux! Et aussi la famille toulousaine, qui nous a conviée à leur table haut perchée (encore merci!).
Si nous pouvions ramener quelque chose dans notre malle bleue ce serait sûrement l'hospitalité turque (mais pas leurs moustiques!)

  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription




















































Têtes de Turcs...
Une voiture noire nous attend sur le bas côté de la route. Arrivé à sa hauteur, elle nous prend en chasse, nous double, sort l'attirail: madame à l'avant nous filme avec le camescope, monsieur, au volant sort l'appareil photo et mitraille!! Rajoutez à ça les klaxons, les pouces en l'air et les "nice car!!" et vous avez une idée de notre quotidien sur les routes turques ! En effet, ici Mamie est une star! Comme dit Fabrice, notre ami belge, qui parcourt Lisbonne-Istanbul à vélo, notre "capital sympathie" est au beau fixe!"

  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription






































Istanbul, c'est Byzance...
L'arrivée en Turquie, s'est bien passé.
Le douanier très sympas, nous a fait vider toute la voiture, en nous expliquant que notre projet était trop cool et en glissant des petits commentaires sur l'ex majorité politique française!
Après un stop à Edirne pour s'acclimater, direction Istanbul! C'est en touristes que nous avons visité la ville en laissant Mamie sur un parking au bord de l'eau. Notre bivouac sera donc un dortoir d'auberge surclimatisé dans le vieil Istanbul. Nous sommes à deux pas de Saint Sophie, de la Mosquée Bleue, la Basilque-Citerne, les Bazars... Bref, on en prend plein les yeux! Nous enjambons le Bosphore et faisons un bond dans le futur pour se retrouver dans le Istanbul Moderne. Ca circule, ça klaxone, ça grouille, ça vit...
Nous quittons Istanbul La Magnifique avec regret...

  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription
  • descriptiondescription